Les lectures et les critiques de Jaysher.

Bonjour à tous :)

12742328_802460239899105_7957024284001581140_n

J'ouvre ce nouveau blog afin d'aborder une passion que j'aime sincèrement : la lecture.

Jusqu'à présent, je n'ai jamais songé à le faire puisque l'idée ne m'avait même pas effleuré l'esprit jusqu'au jour où j'ai débarqué sur un site consacré à ce passe-temps vraiment plaisant. J'ai vu que beaucoup de ses membres y tenaient des blogs de ce type et je me suis dit qu'il serait sympa d'en faire tout autant. Du coup, je me lance^^

Sinon, pour me présenter vite fait, je me nomme Jaysher, lorsque je suis auteur, et Kah Rane lorsque je suis lecteur. Enfin, j'ai trente-six ans. 

Forcément, comme je vais poster ici mes toutes premières critiques au fur et à mesure de mes lectures, elles pourraient paraître gauches au tout début mais c'est comme l'écriture, ma plume ne demande qu'à s'améliorer donc, n'hésitez pas à me laisser des commentaires constructifs afin que je puisse me perfectionner.

En tout cas, et pour conclure, j'espère que vous saurez apprécier votre balade et je vous dis à très bientôt :)

 

Bannière Livraddict
Vous pouvez également me retrouver sur :
Simplement Pro au lien suivant :
SimPlement.pro
Mon profil sur Babelio.com

Posté par Jaysher à 11:38 - Commentaires [9] - Permalien [#]


27 mai 2022

Naufrage en enfer.

IMG_0388

Auteur :

Guillaume Nicolleau.

Résumé :

En reportage à Haïti, la journaliste Rachel Simons et son caméraman, le jeune Jake Donovan, finissent par s’échouer sur une île déserte des Bahamas, après le naufrage de leur navire. Ces deux fortes personnalités vont alors devoir cohabiter et s’entraider dans cet endroit isolé, cachant bien des secrets. Après plusieurs semaines, un bateau accostera et les deux naufragés se croiront enfin sortis d’affaire. Mais ils seront loin d’imaginer que l’île où ils ont échoué appartient à une dangereuse organisation qui l’utilise chaque année pour une partie de chasse très spéciale…
Entre chasseurs et proies, Jake et Rachel devront alors survivre pour quitter cet enfer.

Remerciements :

A Guillaume Nicolleau qui s'est tourné une seconde fois pour me confier son nouveau bébé.

Mon avis après la lecture :

Guillaume Nicolleau ! Ce prénom et ce nom ne vous disent sûrement rien mais pour moi, c’est une toute autre mélodie. Cet auteur est particulier a mes yeux car il a été le tout premier à venir me trouver pour me donner ma chance dans l’univers du service-presse… Et le plaisir de le retrouver à travers ce nouveau roman est tellement grand ! Bizarrement, on pourrait croire qu’après ces cinq années écoulées, j’aurais pu oublier la toute première chronique que j’avais rédigé mais cette dernière est toujours vive, au sein de mon esprit. Je me souviens m’être montré juste, veillant à lui donner un maximum de conseils pour l’aider à s’améliorer. Et il m’a écouté car désormais, le niveau du monsieur est devenu redoutable. Sans perdre la moindre minute, je vais de suite passer à l’écriture de mes fameuses listes car j’ai beaucoup de choses à dire.

Points négatifs :

  • Quelques répétitions.

  • Ce qui allait se passer entre Rachel et Jake s’est senti à des kilomètres à la ronde. Je parle, bien sûr, de leur rapprochement charnel.

Points positifs :

  • La taille aléatoire des paragraphes et des chapitres.

  • Les personnages principaux étaient très bien travaillés mais je suis tombé sous le charme de Jake. Bien qu’il soit jeune, cet homme regorge d’une multitude de ressources et mine de rien, il possède une sacrée paire dans le boxer. Même si ce garçon a su se montrer humain plus d’une fois, tout au long de cette histoire, il affronte sans honte des sentiment et des émotions qui ont su le trahir plus d’une fois, comme le peur, la rage, l’humanité, la haine, etc. Et puis vu la patronne royalement conne qu’il se traîne, Jake se devait de porter le fardeau de la survie. D’ailleurs, j’ai trouvé sympa cette idée de proposer un individu de sexe masculin, totalement aux antipodes de cette femme, dans le domaine du comportement. Un équilibre que j’estime parfait.

  • J’offre un point supplémentaire pour un sacré progrès que l’auteur a su offrir à travers ce roman : l’orthographe. Des souvenirs liés au premier roman sont venus m’effleurer l’esprit pendant cette nouvelle lecture et je ne pouvais m’empêcher d’applaudir l’auteur pour cet énorme évolution. Désormais, il est devenu à mes yeux, un homme de talent à suivre et à surveiller. Je me permets de faire la chose suivante à travers cette chronique : mille bravos Guillaume, tu y es arrivé !

  • Enfin, l’enchaînement des rebondissements au sein de cette histoire. Pas une seule fois, j’ai senti un seul temps mort et lorsqu’un roman parvient à me tenir en haleine du début jusqu’à la fin, c’est généralement bon signe. La chasse qui s’organise sur cette petite île a été maîtrisée d’une main de maître et je ne peux avoir que de l’admiration pour l’ensemble de cette œuvre.

En conclusion : Cinq ans sont passées et chacun a fait son bonhomme de chemin. J’ai enchaîné les lectures et les chroniques tandis que Guillaume Nicolleau a furieusement travaillé sa bête noire, à savoir l’orthographe. Désormais, cet homme marche sur un sentier qui sent très bon et je croise les doigts pour que ce second roman rencontre un joli succès. Je vais encore me répéter mais : BRAVO POUR CETTE MAGNIFIQUE PROGRESSION !!!

Note attribuée :

17 / 20.

Posté par Jaysher à 20:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

26 mai 2022

Les morts insignifiants.

IMG_0383

 

Auteur :

Gaëtan Ballester.

Résumé :

Paris est une capitale monstrueuse. Elle dévore et vomit ses habitants sur ses trottoirs, sans demander son reste. Cédric pensait pouvoir y vivre sa nouvelle vie... Sa rencontre avec Marion Müller, une dirigeante de friperie atypique, arrivera-t-elle à le sortir du trou à rat dans lequel il s'est enterré ?

La Grandeur n'a pas de prix.

Prostitution, ambition et richesse s'entrechoquent face à un passé sombre et au souvenir d'Amélia.

Remerciements :

Tout d'abord, je tiens à remercier la plateforme Simplement.Pro sur laquelle je peux me mettre au service des auteurs,

Mais surtout, un très très grand merci à Gaëtan Ballester pour m'avoir confié son précieux bébé.

Mon avis après la lecture :

Enfin !

Tout porte à croire que ma mauvaise période littéraire s’est achevée au moment même où j’ai débuté la lecture de ce petit roman et sincèrement, j’étais loin de me douter que j’allais prendre un pied énorme à lire ces pages. D’ailleurs, pour être franc, je ne suis pas loin du coup de cœur mais la note que je m’apprête à attribuer restera très honorable… du moins, c’est ce que j’espère. Mine e rien, les mauvais romans sur lesquels je me suis risqué auparavant possèdent leur petite utilité : mieux faire ressortir les œuvres qui méritent furieusement un coup d’oeil et de plus, lorsque ce dernier sort de l’univers du service-presse, j’estime que c’est encore mieux. Avec ce roman, je suis clairement en possession d’un petit bijou et c’est pour cette raison que j’aime m’aventurer dans ce milieu. Mine de rien, l’univers du service-presse regorge d’auteurs qui méritent un peu plus de lumières sur leurs capacités mais surtout, leurs créations. Après ces quelques lignes, j’estime qu’il est temps pour moi de passer à la rédaction de mes fameuses listes.

Points négatifs :

  • Quelques répétitions.

  • Il m’a manqué ce petit « truc » pour faire passer ce roman en coup de cœur.

Points négatifs :

  • La taille des chapitres et des paragraphes.

  • Cédric, le personnage principal. Ce dernier est superbement bien travaillé et je me suis pris d’affection pour lui. Certes, son parcours de vie au sein de Paris n’est guère facile et la pente sur laquelle l’homme se glisse à la fin du roman pourrait calmer bien plus d’un lecteur. Pourtant, je l’ai trouvé très charismatique, touchant et c’est peut-être pour ces raisons que je me suis attaché à lui. Je tiens à remercier l’auteur pour ne pas avoir caché les difficultés rencontrées lorsque nous sommes amenés à débuter nos existences de jeunes adultes, à la rue. J’en fais malheureusement partout même si tout va bien pour moi à l’heure d’aujourd’hui. D’ailleurs, j’ai su apprécier l’ouverture d’esprit de Cédric lors de cette période de survit. Réalisant qu’il fait l’objet d’un ciblage sexuel tarifé, il ne se montre pas fermé à faire plaisir à un homme, même si notre héros se déclare officiellement hétéro.

  • J’ai su apprécier ce garçon LGBT présent dans le roman. L’auteur montre également son ouverture d’esprit et je sais apprécier.

  • Par moment, le bouquin présente des passages d’une violence extrême. Voilà ce que j’aime trouver dans mes lectures et encore une fois, comme je sors d’une période compliquée dans le domaine littéraire, qu’on me fasse un tel cadeau à sa sortie est grandement apprécié. J’ignore pourquoi et je m’avance peut-être à ce sujet mais si jamais Gaëtan Ballester devait se lancer dans l’horreur, quelque chose me dit qu’il saurait exceller dans ce genre. En tout cas, si cette expérience devait poindre le bout de son nez, je ne cherche pas à comprendre, je veux être l’un des premiers lecteurs.

  • Je tiens à féliciter l’auteur pour les nombreuses recherches qu’il a effectué pour les besoins de son roman, en terme de crédibilité. Etant totalement un novice dans l’univers du luxe, aussi bien vestimentairement parlant que dans les parfums et autres plaisirs de ce domaine, je sais me montrer admiratif lorsqu’un auteur n’a pas peur de se rajouter une jolie somme de travail lors de la création de son roman.

  • Enfin, et je suis toujours sous leur effet, je veux bien sûr parler des illustrations qui accompagnent chaque roman à leur entrée. Elles sont vraiment magnifiques. Là encore, j’ignore qui est l’auteur de ces petites œuvres mais là, je tire mon chapeau.

En conclusion, ce roman mérite furieusement qu’on s’intéresse à lui. Si l’auteur se plaît dans le thriller et souhaite continuer dans ce genre, nous tenons là un homme qui saura se montrer d’une créativité redoutable. Je croise les doigts pour qu’il puisse rencontrer un très beau succès car Gaëtan Ballester le mérite vraiment.

Note attribuée :

18 / 20.

Posté par Jaysher à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 mai 2022

Acquisitions du 14 mai 2022.

couv3558662

couv4435113

couv45968382

couv67231246

Posté par Jaysher à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mai 2022

La plantation de Bois-Joli.

IMG_0378

Auteur :

Alain Dubos.

Résumé :

En 1785, la société coloniale européenne domine la Louisiane, entre incertitudes économiques et politiques, calamités naturelles, fêtes et plaisirs. Aristocrates créoles, descendants des pionniers de Louis XIV et Acadiens fraîchement émigrés, militaires espagnols, esclaves et Indiens se croisent, s'aiment ou s'affrontent. Lalie Cormier a 25 ans lorsqu'elle débarque à La Nouvelle-Orléans. Dans cette région où les Créoles ont les plus grandes plantations, l'argent et le pouvoir, Lalie, libre et déterminée, va devoir surmonter de nombreux obstacles pour trouver sa place. Lorsqu'elle rencontre l'amour en la personne de Denis, un Créole, fils d'un riche planteur de canne à sucre, de tabac et d'indigo, tout parait possible. Mais Denis est marié et leur liaison ne tarde pas à faire scandale. Et même s'ils finissent par vivre enfin leur amour et Lalie de devenir la nouvelle maîtresse de la plantation de Bois-Joli, pour Denis, la déchéance est proche...

Comment je me le suis procuré :

Emprunt bibliothèque municipale.

Mon avis après la lecture :

J’ai terminé cette lecture hier soir et là encore, je me respecte. J’arrive toujours à avoir cette volonté de finir le livre même si l’expérience se passe mal. Néanmoins, je dis reconnaître que cette force commence à s’éroder car pour la seconde fois de ce mois de mai, mon expérience littéraire ne s’est pas super bien passé. Toutefois, contrairement à celle où je me suis permis de mettre une note sous la moyenne à cause de sa construction, celle que je m’apprête à appliquer sera supérieure. Ce que j’ai à reprocher à ce livre ? Que la facette historique n’a su se montrer le temps de quelques pages voir, quelques lignes. C’est ce que je déplore en majorité mais bien sûr, j’irai mettre dans ma fameuse liste la véritable raison qui m’a gâché cette lecture. En tout cas, cela ne me donne pas très envie de poursuivre l’exploration des univers de l’auteur responsable de l’écriture de cette œuvre. Sans perdre le moindre instant, je passe de suite à la rédaction de mes fameuses listes.

Points négatifs :

  • Quelques répétitions.

  • L’historique n’est pas trop respecté à travers ce livre et c’est ce qui m’a posé problème. Par contre, que ce bouquin gerbe de romance dans ses deux parties a su avoir raison de ma volonté. C’est pour cette raison que je m’étonne d’avoir trouvé la force pour le terminer.

  • L’auteur a su créer des personnages qui ne donnent pas envie de les aimer. En tout cas, l’héroïne me sortait royalement des yeux ainsi que les deux gars qui ont partagé sa vie sentimentale. Tandis que le premier est un violeur, le second est un lâche qui ne cesse de lui planter des coups de couteau dans le dos. Après, il faut dire que la demoiselle sait particulièrement choisir ses compagnons alors qu’un troisième ne cesse de lui faire les yeux doux, bien plus respectable dans ses manières et dans sa vie respective que les deux autres lascars.

  • Forcément, comme les chapitres étaient chargés en romance et que ce genre n’est pas du tout ma tasse de thé, les longueurs ont été nombreuses.

Points positifs :

  • La taille aléatoire des chapitres et des paragraphes.

  • Le début de la seconde partie. Là, c’est sûrement le seul moment du bouquin où j’ai pris beaucoup de plaisir dans ma lecture. En effet, là, nous abordons vraiment la vie au sein de la plantation et parfois, j’avais l’impression d’explorer une véritable saga familiale. Il faut dire que ces derniers savent se montrer particulièrement intéressante la plupart du temps. Hélas, je regrette que le rythme emprunté et le contenu dans cette partie ne se soient pas montrés plus larges car là, j’aurais été le plus heureux du monde jusqu’à la dernière page.

En conclusion, le fait que l’historique soit un peu passé à la trappe m’a vraiment causé quelques dégâts dans le domaine de la concentration littéraire. La vie sentimentale et sexuelle de l’héroïne n’étaient guère intéressantes à mes yeux mais je suis sûr que des lectrices pourraient y tr6ouver leur compte.

Note attribuée :

12 / 20.

Posté par Jaysher à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


18 mai 2022

Acquisitions du 11 mai - Dernière partie.

couv20110459

couv54359815

couv65028322

Posté par Jaysher à 20:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mai 2022

Acquisitions du 11 mai 2022 - 2e partie.

51AQBRPNFNL

9782021115765-475x500-1

couv12529694

couv42182758

couv51292352

couv62973611

couv68384888

Posté par Jaysher à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mai 2022

Emprunt du 14 mai au 4 juin 2022.

Dubos-Alain-La-Plantation-De-Bois-Joli-Livre-1416916187_ML

Posté par Jaysher à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mai 2022

Le Chevalier-barde : Les compagnons du Cygne.

IMG_0377

Auteur :

Sylvain Arnaud.

Résumé :

Le chevalier Hern de Montdragon est le héros de Salers, sa ville. Pourtant lorsqu’il revient victorieux de la dernière bataille sous les hourras du peuple, son roi l’accueille avec moins d’enthousiasme, plus soucieux du nombre de morts que de gloire. Pourtant la mort suspecte du roi, son protecteur, précipite le chevalier dans un avenir incertain. Salers, assiégée, sera pillée et tous ses habitants tués ou réduits en esclavage. Pour les protéger, Hern fuira avec ses proches, emmenant un lourd secret avec lui.
Désespéré, il devra laisser son honneur pour protéger sa sœur de cœur, Eline, qui est aussi sa servante et sa dame-dragon. Dans leur fuite à travers les mines de sel, ils emmèneront avec eux celles qui deviendront leurs amies les plus proches, Cynae, la barde et Mérédith, la tueuse.
Leur monde basculera devant eux dans le chaos et la folie.
Ils ne trouveront refuge que dans la maison au bord du monde. Court instant de répit avant de reprendre une vie tumultueuse.
Ils se battront ensemble contre les lois injustes, les pillards de tous bords et leurs tourments personnels. Chacun poursuivra sa quête personnelle, bien qu’entraînés au cœur de la révolte qui gronde contre la tyrannie et la folie des rois.
Les liens qui se tisseront mettront-ils à mal le groupe ? Viendront-ils à bout des différences et des préjugés ?
Hern saura-t-il dépasser sa condition de héros pour transformer un désastre en victoire ?
Lorsque le temps des derniers combats viendra, le chant d’espoir sera-t-il plus puissant que l’épée ?
C’est au rythme d’une chanson que la révolution aura lieu, mettant fin au règne du tyran.
« Honte ! Honte ! Honte à vous qui m’écoutez ! Honte sur vous qui bafouez les droits !
Voyez, prostrées devant vos pieds, la liberté abolie, la fraternité meurtrie et l’égalité avilie ! »

Remerciements :

Tout d'abord, à la plateforme Simplement.Pro grâce à laquelle je peux me mettre au service des auteurs.

Mais surtout, à Sylvain Arnaud de m'avoir confié son bébé.

Mon avis après la lecture :

Je viens tout juste de tourner la dernière page et je présente déjà mes excuses car je me sens enfin libéré. Rien qu’avec cette phrase, on se doute bien que cette expérience littéraire ne se soit pas bien passée et je suis le premier à le déplorer. Pourtant, je suis très client de fantasy et je me frotte toujours les mains lorsque l’occasion d’en lire une se présente. Toutefois, je n’appartiens pas à la catégorie des chroniqueurs qui font exprès de mettre de jolies notes à toutes les œuvres croisées sur leur chemin, pour être sûr de continuer à ramasser des services-presses. Ce comportement n’aide en rien les auteurs. Ces derniers restent donc dans le flou, ne savent pas ce qui doit être conservé, ce qui doit être travaillé, etc... Je suis intègre, objectif, sincère, maladroit mais surtout légitime car je suis également auteur. Les maladresses en début de parcours, sur la construction, j’y suis passé. Donc, je vais veiller à bien peser mes mots car je pense que l’homme qui a écrit cette histoire n’a pu compter sur une quelconque aide extérieure et je me dois de l’aiguiller sur les faiblesses, nombreuses, à corriger. A ce sujet, il est temps pour moi de passer à la rédaction de mes fameuses listes.

Points négatifs :

  • La liste va être impressionnante mais les choses doivent être dites. Premier gros point à travailler d’urgence : les répétitions. Elles gerbent de partout. J’ai juste à prendre une page au hasard pour avoir confirmation. Règle avec les répétitions : ne jamais écrire deux fois le même mot dans la même phrase ou dans deux consécutives. Il existe des dictionnaires de synonymes gratuits sur internet.

  • Certaines tournures de phrases sont maladroites.

  • Quelques coquilles. Par exemple, lorsque nous arrivons dans la demeure du père de Cynae, nous avons droit à une petite liste. Navré de ne plus me souvenir de la phrase fidèlement mais cela donne quelque chose ainsi : plus de tralala, plus de bidules, plus de machin-chouette. L’un des plus est écrit « pus ».

  • A part Mérédith et Asmahel, les autres personnages n’ont su trouver grâce à mes yeux. Tout d’abord, l’auteur a fait une très belle erreur. En effet, lorsqu’il fait bavarder ses héroïnes entre elles, au début du roman, nous avons souvent droit à des « hihihi ». J’estime qu’il y a d’autres façons d’exprimer des rires que de les écrire ainsi. Conséquence : les demoiselles présentes dans ce roman ont su très vite m’agacer et j’avais l’impression d’être en présence de véritables gamines superficielles. Très vite, à cause de ce défaut, je les ai prise en grippe.

  • Je relève aussi deux magnifiques incohérences. La première concerne Hern. Ce monsieur est Chevalier… Et il est souvent en déplacement pour participer à quelques conflits musclés. Généralement, c’est un peu la mission d’un homme de sa stature. Ben ici, Hern s’étonne, en plein milieu de roman, que les enfants font partis des victimes des guerres… Pour un Chevalier habitué à faire campagne, cet étonnement de sa part m’a laissé totalement dubitatif.

  • Deuxième incohérence et cette fois, elle me vient de Cynae. Une bonne grosse partie des bardes est victime d’un empoisonnement collectif, avec décès à la clef. Cynae est l’une des premières à parcourir les nombreuses tentes présentes sur les lieux afin de voler au secours des siens. Jusque là, aucun problème. Lorsqu’elle revient sous le toit qui abrite son père, homme faisant parti des victimes, la barde recueille son dernier souffle. Là encore, aucun souci. Quelques heures plus tard, après discussion avec ses amis, la demoiselle s’étonne que son père soit décédé d’une mort violente et non naturelle ???

  • Il manque des césures lorsque l’auteur se permet de changer de lieu dans un même chapitre. J’ai une preuve en début de roman. Hern est face à son prince et quelques lignes plus loin, nous sommes dehors alors que les deux séquences ne sont pas différenciées. C’est très dur pour la fluidité de la lecture.

  • La fin. Je l’ai trouvé tellement expéditive.

Points positifs :

  • Il en existe et fort heureusement. Tout d’abord, la taille aléatoire des chapitres.

  • Ensuite, j’ai aimé lire les quelques chansons parsemées tout au long du roman. D’ailleurs, bien joué concernant ce chant révolutionnaire appartenant à notre répertoire français. Et je suis même sûr que les premiers chroniqueurs n’ont pas vu cette référence… Comme quoi… Quand on se donne la mission de mettre uniquement de grosse note, on passe à côté de jolies références.

  • L’histoire en elle-même est intéressante et l’enchaînement des évènements est très bon. De plus, l’auteur est très doué lorsqu’il s’agit de dépeindre de nouveaux environnements. Je n’ai rencontré aucune difficulté à imaginer les lieux dans lesquels je fus invité.

En conclusion, ce roman a été sorti dans la précipitation, grande ennemie des auteurs novices. Je me suis permis de faire un saut sur amazon pour voir si ce bouquin était en vente… la réponse est oui. A l’heure actuelle, et c’est hyper violent ce que je vais dire, ce roman n’est pas vendable. Je me doute bien que cette chronique ne fera pas grand plaisir à l’auteur et encore une fois, je m’en excuse. Néanmoins, je ne suis pas là pour flatter tout le monde dans le sens du poil. Je croise les doigts pour que Sylvain Arnaud soit de cette catégorie d’hommes qui souhaitent s’améliorer car avec moi, le but est atteint. Si c’était juste pour gagner une nouvelle grosse note… Non, je n’irai pas participer à cette mascarade.

Enfin, il existe des correcteurs humains sur internet, comme facebook, qui proposent leurs services gratuitement. Faut se donner la peine de les chercher et certains sont cachés dans des groupes de lecteurs.

Encore une fois, navré pour cette chronique mais j’insiste sur les faits :

Fond très bon.

Forme désastreuse.

Un conseil : Au boulot !

Ma note :

9 / 20.

Posté par Jaysher à 12:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 mai 2022

Acquisitions du 11 mai 2022 - 1ere partie.

couv1747212

couv2642927

couv23220504

couv29418178

couv36238731

couv67754230

couv75238360

Posté par Jaysher à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]