couv39997771

Auteurs :

Sean Platt & David Wright

Résumé :

C'est à 2 h 15, en pleine nuit, que cela s'est produit. Mais ce n'est qu'au réveil qu'ils s'en sont rendu compte. Le monde déserté. Vidé de sa population. Famille, proches, voisins, tous ont disparu. Volatilisés. Ils ne sont qu'une poignée, disséminés à travers le pays, les espaces vierges des Etats-Unis et ses villes désormais fantomatiques. Oubliés, rescapés, moins que vivants... ils n'ont aucune idée de ce qu'ils sont. De ce qui s'est passé. Ils cherchent ceux qu'ils aiment, des réponses à des questions qu'ils ne connaissent même pas. Mais ils ne sont pas les seuls. Quelque chose les observe. Et attend... Avant de comprendre, ils vont devoir survivre.

De quelle façon je me suis procuré ce livre :

Emprunt à la bibliothèque municipale.

Mon avis après la lecture :

Pour commencer, j’ai vraiment aimé cette histoire mais de dire que c’est un coup de coeur, non. Il n’y a qu’une seule chose négative qui m’a beaucoup dérangé dans ce livre, et encore, ce n’est pas la faute des auteurs mais quand même. Par moment, certains mots sont absents alors que dans d’autres lignes, certains mots sont rédigés en deux fois. Du coup, cela peut s’avérer assez perturbant et c’est pour cette raison que je sanctionne.

Pour le reste, que du régal.

Tout d’abord, lors de la lecture des nombreux avis sur ce livre, j’ai pu me rendre compte que ces derniers se dirigeaient presque tous dans la même direction : trop de personnages. En parcourant les pages de ce bouquin à mon tour, je me suis rendu compte qu’il y en avait pas mal mais de là à dire que cela pouvait être dérangeant, moi je dis non.

En réalité, il n’y a que six personnages principaux dont nous suivons les mésaventures et pour le reste, uniquement des rôles secondaires.

Ce que j’ai aimé aussi, c’est que cette histoire est divisée sous forme d’épisodes, comme une série. Forcément, comme ces dernières, la fin a su me titiller pour me risquer sur la suite mais si cela se trouve, le point d’interrogation final débouche sur une inquiétude qui n’a pas lieu d’être. Bien sûr, pour savoir de quoi il retourne, je n’aurais pas d’autres choix que de me dénicher le tome II et j’espère que j’aurais la chance de le trouver très vite.

Pour revenir aux personnages, mon préféré est le petit Luca. Il m’a d’ailleurs donné l’occasion de rire un bon coup tant sa petite histoire m’a semblé improbable lors d’un moment. En effet, ce gamin, qui n’est âgé seulement de huit ans, s’est autorisé à conduire une porsche, rien que ça. Sur l’instant, cette situation m’a semblé cocasse, voir surréaliste mais en observant les mômes à notre époque, je suis à deux doigts de dire « pourquoi pas ? » Ils sont tellement devenus débrouillards que cette situation pourrait devenir réalité tôt ou tard.

Par contre, en ce qui concerne le petit Luca, je le sens particulier comme gosse. Pas à cause du fait qu’il soit capable de conduire un tel bolide mais la description de sa perception de son environnement est assez étrange. Certains mots et certaines expressions ne sont pas choisis au hasard et je suis sûr que j’ai raison de me poser de nombreuses interrogations à son sujet. J’espère obtenir des réponses dans le tome suivant, à son sujet.

Enfin, puisque j’aime un personnage, il est normal que j’en déteste un autre : Boricio.

Une véritable crapule dont le monde devrait tourner comme bon lui semble. Il se sert et n’hésite pas à tuer à la moindre occasion, peut importe si la personne lui faisait face est innocente ou non. Pour le moment, son histoire est en suspens mais tout porte à croire que le chasseur est désormais chassé. Là encore, j’ai hâte de voir si la roue a définitivement tourné pour lui.

Et un dernier détail qui m’intrigue beaucoup, ce sont des créatures qui apparaissent au fur et à mesure qu’on avance dans l’histoire. J’espère que leur origine ne sera pas le résultat d’une facilité scénaristique car j’en connais un qui risque de gueuler bien comme il faut.

En conclusion :

Une très bonne lecture et un excellent moment de détente. Je le recommande :)