couv29633080

Auteur :

Erin Hunter.

Résumé :

Depuis des génération, fidèles aux lois de leurs ancêtres, quatre clans de chats sauvages se partagent la forêt. Mais le Clan du Tonnerre court un grave danger, et les sinistres guerriers de l'Ombre sont de plus en plus puissants. En s'aventurant un jour dans les bois, Rusty, petit chat domestique, est loin de se douter qu'il deviendra bientôt le plus valeureux des guerriers...

De quelle façon je me suis procuré ce livre :

Achat dans une bourse aux livres.

Mon avis après la lecture :

Après avoir entendu de nombreuses personnes se vanter au sujet de cette saga, je me suis dit qu’il serait temps pour moi d’y jeter un œil. C’est désormais chose faite suite à la lecture de ce premier tome et sincèrement… Je ne comprends pas du tout l’enthousiasme et bien sûr, je vais prendre le temps de cette chronique pour m’expliquer.

Tout d’abord, narrer les aventures de plusieurs groupes de chat mérite d’être salué par l’originalité. Les faire évoluer comme si ces matous étaient des humains, avec des sentiments comme la joie, la crainte, l’espoir, la tristesse, la trahison… Ouais, j’ai vraiment aimé. Là aussi où j’applaudis, c’est que l’édition ne présentait aucune faute d’orthographe, ni d’oubli de mots, ni de doublons. Comme quoi, fournir un texte sans le massacrer n’est pas mission impossible et je me dois de féliciter Pocket Jeunesse pour ce professionnalisme.

Maintenant, abordons ce qui m’a profondément dérangé et je vais débuter par les défauts de l’auteur.

  • Premièrement, trop de répétitions. Trouver une multitude de « il » dans plusieurs phrases qui se suivent alors que des synonymes auraient été utiles, forcément, je vais pénaliser.

  • Ensuite, la maladresse d’Erin lorsque cette dernière aborde des dialogues entre les personnages. Lorsque deux chats se retrouvaient pour discuter, aucun souci. Par contre, lorsqu’ils étaient trois, l’auteur se gardait de nous donner des indications pour savoir qui parlait, dans le coeur des dialogues. Avec une telle maladresse, la lecture était vraiment pénible et malgré mes nombreuses reprises pour relire les passages pour mieux les comprendre, ben non, j’étais toujours aussi perdu. Bref, là encore, je ne pardonne pas.

  • Ensuite, l’histoire était ennuyeuse sur la première moitié du livre. Sur la seconde, j’y ai trouvé un certain intérêt et cela va jouer sur la note finale car sur le moment, c’était mal barré. Je songeais à faire l’impasse sur les autres tomes mais là, j’envisage sérieusement de me procurer le second tome pour connaître la suite des aventures de Rusty. De plus, c’est sûrement parce que l’autre partie du livre fut placée sous l’une de mes saisons favorites : l’automne, que je l’ai trouvé beaucoup plus sympathique. C’est dingue comment mon amour pour ces saisons peut sauver l’impression que je peux me faire sur une lecture.

  • Autre détail qui m’a chagriné, je pense avoir trouvé une incohérence qui m’a « frappé ». Dans le chapitre 22, à la fin de la page 275, Nuage Gris et Nuage de Feu échangent entre eux. Voici le dialogue :

- Tu n’as pas peur, tout de même ?

- Pas toi, peut-être ? Ma mère m’a mis en garde contre la férocité du Clan de l’Ombre plus d’une fois.

- La mienne ne m’en a jamais parlé ! » Rétorqua Nuage de Feu.

Dès la première page de cette histoire, pas une seule fois la mère de Nuage de Feu a pointé le bout de son nez. Pourtant, nous assistons à la vie de ce chat alors qu’il évolue chez les humains et bien sûr, ce n’était qu’un chaton. Autre élément à savoir : Nuage de Feu est le seul animal domestique de cette maisonnée. De quelle façon son adoption s’est-elle déroulée ? La réponse à cette question reste un grand mystère. Néanmoins, si on prend en compte qu’il vivait chez des humains alors qu’il n’était qu’un chaton, cela indique qu’il n’est pas resté très longtemps avec sa mère. De toute manière, les chatons sont rapidement séparés de leur maman lorsqu’ils sont destinés à l’adoption, nous sommes d’accord ? Du coup, comment une chatte vivant en permanence chez des humains peut connaître l’existence du Clan de l’Ombre ??? De plus, après avoir quitté ses maîtres, Nuage de Feu s’est forgé lui-même au sein du Clan du Tonnerre et aucune femelle ne l’a prit sous son aile.

Au final, suis-je le seul à trouver cette dernière réplique totalement inutile ? Etait-ce une manière pour l’auteur de gagner une ligne supplémentaire à son histoire ? Là encore, je sanctionne.

Malgré tout cela, encore heureux que la seconde moitié fut nettement plus passionnante car un peu plus, je m’arrêtais la lecture de cette saga à ce premier tome.  

En conclusion :

Faut prendre son mal en patience pour trouver de l'intérêt à cette histoire. Début trop plat et trop long à mon goût.