couv11020793

Auteur :

John Connolly.

Résumé :

Il était une fois - car c'est ainsi que toutes les histoires devraient débuter - un garçon de 12 ans qui venait de perdre sa maman. Inconsolable, David a trouvé refuge dans les livres pour oublier le remariage de son père et la naissance de Georgie, son demi-frère. 

Une nuit, persuadé d'entendre sa mère l'appeler, David découvre un passage caché au fond du jardin. Il le franchit et se retrouve propulsé dans un monde fantastique, peuplé de personnages issus de ses lectures et de son imaginaire.

Alors que la Seconde Guerre mondiale déferle sur l'Europe, David entame un périple à la recherche d'un vieux roi qui conserve ses secrets dans Le livre des choses perdues, sésame qui permettent au jeune garçon de quitter ce royaume. Mais le conseiller du souverain a pour lui d'autres desseins...

De quelle façon je me suis procuré ce livre :

Emprunt à la bibliothèque municipale.

Mon avis après la lecture :

 

115042567_o

Ce livre…

Avant de débarquer sur mon blog afin de rédiger ma nouvelle chronique, je reste convaincu que je vais rencontrer quelques difficultés. Je suis encore bouleversé par cette lecture, surtout ses dernières pages mais je vais faire de mon mieux pour lui faire honneur. Déjà, ce bouquin entre pile dans cette catégorie qui a une grande importance à mes yeux : Les pépites de la littérature jeunesse.

Je crois même qu’il vient de se placer directement à la tête de cette très belle collection.

Si mes pas sont amenés à croiser de nouveau le chemin de ce livre, je ne cherche pas à discuter, je me le procure direct pour qu’il puisse couler des jours heureux dans l’une de mes bibliothèques.

La musique sur les oreilles afin de me changer les idées et pour que ces dernières redeviennent claires, je vais enfin pouvoir attaquer le vif du sujet : le coeur de cette chronique. Bien sûr, comme c’est un coup de coeur, la liste des éléments négatifs sera très courte voir inexistante tandis que celle des points positifs risque d’être très riche :

  • Tout d’abord, cette histoire se déroule dans un cadre qui a toute mes préférences au même titre que le brouillard, le froid, la glace et la neige : La vieille Londres. Nous sommes au début de la Seconde Guerre Mondiale et même si l’ambiance de cette ville est passée sous silence, à mes yeux, ce n’est pas grave du tout.

  • David, le personnage principal, est très attachant même si on aurait tendance à le détester un peu plus tard, dans cette histoire. Au tout début de ce livre, ce petit gars accompagne sa mère, terriblement malade, jusqu’à la fin de ses jours. Lors de cette douloureuse période qui surgit très tôt dans sa vie, cet enfant développe des tocs, pensant que ces derniers aideront sa maman à se rétablir. Déjà là, l’émotion a su m’atteindre et je me suis pris rapidement d’affection pour ce petit bout.

  • Cette histoire contient des contes de notre enfance qui ont été remanié par l’auteur. Nous y trouvons ceux du chaperon rouge, de Blanche-Neige, d’Hansel et Gretel, de Boucle d’or, du prince et le pauvre et d’un dernier dont j’ai été incapable de trouver le nom d’origine.

  • La plume de l’auteur qui est chargé de poésie. Par contre, elle aurait eu tendance à m’agacer au tout début. Le côte jeunesse ressortait beaucoup et les pages comptent beaucoup de répétitions. Je déteste ces dernières et ce détail a failli être un point négatif. Cependant, la plume change sensiblement et abandonne la jeunesse pour aborder le côté fantasy et là, l’auteur ne se prive pas. Ce n’est pas un livre que j’irai placer dans les mains d’un jeune enfant. En fait, j’avais l’impression que plus j’avançais et plus l’auteur veillait à détruire les quelques notes d’innocence que contenait cette histoire.

  • Les rebondissements sont nombreux, ce qui fait que l’ensemble ne souffre d’aucune lenteur, ce qui est super agréable.

  • Enfin, lorsque j’arrivais tout doucement à la fin de ce livre, il me manquait ce petit quelque chose qui aurait pu me convaincre d’attribuer la note maximale. Les toutes dernières pages ont veillé à combler ce petit manque et désormais, j’aurais tant voulu que ce bouquin soit un pavé pour rester un peu plus longtemps dans ce joli univers.

Ouais, je me rends compte qu’elle est balèze cette liste de points positifs. D’habitude, je peine à remplir une chronique quand je n’ai rien à redire sur un livre mais là, ouais, on doit bien sentir que j’ai été conquis.

Un conseil aux personnes qui passent par ici : FONCEZ !!!

Note attribuée à cette lecture :

20 / 20.