couv29918584

 

Auteurs :

Brigitte Aubert,

Jean-Luc Bizien,

Evelyne Brisou-Pellen,

Gisèle Cavali,

Christian Grenier,

Andrea H. Japp,

Hervé Mestron,

Jean Molla,

Viviane Moore,

Alain Surget.

Résumé :

Si l'on déroule le parchemin des siècles, le Moyen Âge nous invite à entrer dans sa danse maléfique. Dans les campagnes, les fées ensorcellent les nouveau-nés. Dans les cités, les flammes du bûcher détruisent les maudits. Jalousie dévorante, rancunes tenaces, soif de plaisir, animent tour à tour l'âme humaine. Mais elle succombe aussi aux sortilèges de l'amour...

De quel façon je me suis procuré ce livre :

Emprunt à la bibliothèque municipale.

Mon avis après la lecture :

Tout d’abord, avant de commencer cette chronique, je tiens à présenter mes excuses. En effet, mon avis concernant cette lecture aurait dû paraître hier mais comme j’étais victime d’une petite flemmite, ben j’ai repoussé au lendemain donc, maintenant !

Concernant ce livre, je l’ai emprunté à cause de sa couverture qui m’intriguait. J’aime bien m’aventurer dans le rayon jeunesse, je me suis dit que ce livre ne pouvait pas me faire de mal et forcément, je l’ai retourné pour lire son résumé. Pas trop mauvais, je vais visiblement un délicieux moment en sa compagnie ? Que Nenni !!!

De plus, ce livre est catégorisé parmi les contes mais là, je reste totalement dubitatif et je pense que vous allez comprendre pourquoi. Comme d’habitude, je rajoute mes deux fameuses listes et je commence par la première :

Les points négatifs :

  • Les premières histoires n’étaient pas vraiment des contes. J’aurais même dit des semblants d’enquêtes policières mais datant de l’époque, genre 1450. Du coup, le peu de rebondissement ne provoque aucun effet tellement c’est plat et de plus, le vocabulaire. Une impression que celui-ci aussi date de la même année. A force de lire deux histoires au vieux français, on s’en sort avec un petit mal de crâne. Bref, l’histoire, ben c’est violent.

  • Dans ce recueil, qui m’a présenté comme un étant de recueil de contes, j’ai pu dénicher une histoire qui aura le mérite d’être nommé ainsi. C’est dommage car j’aurais aimé en voir plus.

  • Certaines histoires sont un peu tirées par les cheveux. D’où cette impression de mollesse qui plane sur la totalité des histoires et où les heures semblent paraître une éternité.

En fait, c’est à cause de cette sensation que je vais noter sévèrement ce bouquin. Il y aurait eu un peu plus d’action ou de magie, élément emprunt aux contes, que la clémence aurait pu m’effleurer. Mais non, y a quand même une histoire qui sauve un peu le truc et c’est d’ailleurs l’un…

Des points positifs :

  • Parmi toutes ces histoires un peu chelou, l’une d’elles aurait su attisé ma curiosité. Son titre est Tueurs de Dragons de Jean-Luc Bizien. Une ambiance fantasy régnait parmi ses nombreuses pages et comme je suis un fan, ce n’était pas pour me déplaire. De plus, je vais me permettre de radoter mais c’est la seule histoire de tout ce recueil qui mérite l’appellation « conte ».

  • La taille des histoires mais aussi celle des chapitres. Très aléatoire, on pouvait passer d’un seul paragraphe en guise de chapitre ou à une dizaine de pages à la fois. C’est un rythme assez sympa.

  • La présentation des différents auteurs, à la fin du livre. J’ai bien aimé me voir proposer le parcours de chacun d’entre eux. La plupart ont de nombreux ouvrages à leur actif, ce qui n’est pas rien.

En conclusion, j’irai peut-être encouragé les amoureux du moyen-âge ou du moins, de ces histoires. Pour ma part, ce livre n’aura pas su me séduire et c’est dommage car je raffole des contes en général.

Note attribuée :

12 / 20.