couv57099006

Auteur :

Pierre Magnan.

Résumé :

Au début du siècle, cinq personnes sont massacrées à coups de couteau dans une auberge de Haute-Provence. Seul un bébé de trois semaines échappe miraculeusement à la mort. En 1920, le survivant croit découvrir les coupables, mais deux d'entre eux, un nouveau riche et le propriétaire d'un moulin à huile, sont assassinés à leur tour avant que Séraphin Monge ai pu accomplir sa vengeance. Insensible à l'amour des filles, obsédé par le visage de sa mère qui hante ses cauchemars, tout entier voué à la découverte d'il ne sait quel secret, le justicier Monge entreprend par ailleurs de démollir la maison maudite de fond en comble...

De quelle façon je me suis procuré ce livre :

Bourse aux livres 2017 de Mehun sur Yèvre.

Mon avis après la lecture :

Un policier… Même si j’ai débuté ma découverte de ce genre littéraire il y a de cela quelques mois, j’avais peur de m’y lancer à cause du rythme. La plupart sont assez lents et je leur reproche de ne pas emprunter la rythmique qu’on peut trouver dans les thrillers. Avec ce livre, je fus comblé au-delà de mes espérances et je sais par avance qu’il restera dans ma bibliothèque pendant un très long moment. J’aime beaucoup les histoires qui ont le don de m’entraîner dans un passé lointain. Certes, je n’ai pas pu connaître ces époques mais lorsque je prends connaissance du contenu de l’un de ces livres, j’aurais tendance à me sentir à ma place. Je m’imagine parfaitement les lieux, l’ambiance et les ressentis des personnages évoluant au sein de ce genre d’intrigue. Par moment, je me dis que j’aurais bien aimé y vivre. En tout cas, cette lecture m’a régalé sur plusieurs niveaux et bien sûr, je m’en vais faire mes fameuses listes.

Points négatifs :

  • Jusqu’à un certain moment de la lecture, je commençais à me demander si je n’allais pas enfin avoir mon premier coup de coeur de l’année. Plus je m’enfonçais et plus j’étais heureux et puis bon, un homme qui refuse toutes les avances des demoiselles qui lui tournent autour, inutile de dire à quel point j’étais heureux. Néanmoins, j’ai quand même trouvé une petite scène de galipette et forcément…

  • J’ai trouvé quelques coquilles dans cette édition mais comme cela ne vient pas de l’auteur mais de la maison d’édition, je ne vais pas m’amuser à pénaliser l’ensemble dans ma note finale.

Points positifs :

  • Lorsque je lis un romancier policier, j’aurais tendance à agir comme si j’abordais un thriller. Rapidement, je mets mon cerveau en ébullition pour tenter de trouver le coupable avant que l’on me communique son nom et j’étais parti sur deux hypothèses voir trois. A la fin de cette histoire, j’étais très content de constater que je ne me suis pas trompé sur l’identité du criminel. C’est que je deviens rudement fortiche à ce jeu mine de rien.

  • La taille des chapitres. Ces derniers peuvent être assez gros – plus de vingt pages pour certains, voir trente – et comme leur contenu n’était guère ennuyeux, au final, je me suis régalé. C’est aussi pour cette raison que cette lecture a été assez rapide.

  • Le vocabulaire de cette histoire. On évolue clairement sur des terres agricoles et le vocabulaire concernant cet univers se veut très riche. J’ai pu apprendre plein de mots voir plein d’expressions et par moment, j’avais plutôt l’impression de lire un texte qui sortait tout droit d’un terroir. J’aime ce type de littérature et si l’auteur m’avait proposé cent pages supplémentaires, je pense que je n’aurais pas craché dessus. D’ailleurs, je pense que je vais tenter de me dénicher une autre histoire de cet auteur pour voir si cette plume était permanente chez lui ou temporaire. Si c’est la première option qui se présente, j’en connais un qui va être comme sur un petit nuage.

Pour conclure, je ne sais pas si je vais encouragé les visiteurs de mon blog à foncer sur cette lecture au vocabulaire bien particulier. Néanmoins, si vous êtes des amoureux du passé comme je le suis, n'hésitez pas un seul instant.

Note attribuée :

18 / 20.