les-naufrages-l-odyssee-des-migrants-africains-de-etienne-dubuis

Auteur :

Etienne Dubuis.

Résumé :

Des visages épuisés sur des canots en perdition. Des mains fébriles agrippant des gilets de sauvetage. Des corps lourd hissés sur des navires de secours. Nous sommes tous tombés un jour ou l'autre sur ces images de migrants repêchés à bout de force au coeur de la Méditerranée. Mais que savons-nous des circonstances qui les ont conduits à risquer leur vie en mer, des raisons de leurs départs, parfois des années plus tôt, et du déroulement de leur périple, entre mille difficultés ?

De quelle façon je me suis procuré ce livre :

Masse critique Babelio.

Remerciements :

Je tenais à remercier Babelio sans qui je n'aurais pu obtenir ce livre. Ensuite, j'adresse d'autres remerciements aux éditions Karthala qui ont fait un joli travail d'impression avec ce livre.

Mon avis après la lecture :

Je viens tout juste de terminer ce livre et je dois avouer qu’il se termine d’une façon plutôt déconcertante. Rien n’achève ce travail. Certes, j’ai eu droit à quelques mots du journaliste au début de ce bouquin mais à la fin, rien, pas même une conclusion. Un ultime témoignage se tient là et je trouve ça un peu dommage. Bref, je n’ai pas besoin d’être un journaliste pour rédiger quelques mots sur ce recueil de témoignages. Même si l’auteur nous fait clairement comprendre que certains passages difficiles ont été occultés pour diverses raisons, je regrette justement ce choix. Ce n’est pas pas par voyeurisme malsain que je m’exprime de cette façon mais lorsqu’on lit ce type de livre pour tenter de nous faire comprendre certaines choses, j’estime qu’on se doit de jouer la carte à fond. Bon, je rassure, la lecture de ces pages n’avait rien d’une promenade chez les bisounours mais tout de même.

Points négatifs :

  • La taille des témoignages. Même si certaines personnes se manifestaient dans les différentes parties du livre, leur confession n’étaient pas très longues et j’ai trouvé ça dommage.

  • J’y ai trouvé quelques coquilles dans ce livre.

  • Ce besoin d’occulter certains passages. J’aurais aimé en savoir davantage mais non, on garde ça sous silence. Je peux comprendre les raisons mais encore une fois, pourquoi écrire un livre sur un tel sujet si ce n’est pour jouer le jeu qu’à moitié ?

Point positif :

  • La manière dont le livre a été découpé. On suit doucement la progression des migrants jusqu’à la mer avant la terre promise, si je peux m’exprimer ainsi et cette présentation a été fort plaisante.

Pour une fois, je vais poursuivre l’expression de mon ressenti suite à ma seconde liste de points. Un chapitre du livre est consacré à Tripoli, la capitale de la Libye. Avant de tourner la dernière page du livre, j’ai pu prendre connaissance d’une phrase qui résume la situation dans ce pays. Les libyens ne souhaitent pas voir la situation de leur pays évoluer car la crise des migrants leur rapporte tellement d’argent qu’ils ne cherchent pas à se plaindre, justement… Personnellement, je n’irai pas exprimer le fond de ma pensée concernant la majorité des habitants de ce pays car je pourrais me faire de nombreux ennemis.

Un autre détail m’a agacé et il concerne les migrants, surtout les femmes. Pourquoi ce besoin de se faire mettre enceinte alors que tu traverses je ne sais combien de pays pour sauver ta peau ? Lors du départ du village ou de la ville où elles résidaient, ces dernières partaient seules. Sur le chemin, elles rencontrent des garçons avec qui elles décident de partager un minimum de commun et paf, bébé en route. Comme si le fait d’être enceinte pouvait améliorer une condition…

Bref, c’est un livre plutôt intéressant si on veut en savoir un peu plus sur les véritables raisons qui poussent ces africains à venir jusqu’à nos terres. Enfin, on en sait plus pour le bordel qui sévit la Libye et ce pays… Me donne vraiment envie de gerber. Bref, si vous voulez vous penchez sur ce livre, n’hésitez surtout pas.

Note attribuée à cette lecture :

15 / 20.