couv13294504

Auteur :

John Ajvide Lindqvist.

Traducteur :

Carine Bruy.

Résumé :

Stockholm, 13 août 2002... un orage électrique terrasse les vivants... et fait se lever les morts. Tous ceux qui ont disparu depuis deux mois reviennent à la vie. Dans quel état ? Dans quel but ? Au coeur de toutes les familles, l'espoir et l'horreur se mêlent bientôt. Inextricablement.

De quelle façon je me suis procuré ce livre :

Emprunt à la bibliothèque municipale.

Mon avis après la lecture :

Je viens tout juste de tourner les dernières pages de ce livre et sincèrement, une bien belle surprise. Suite à la lecture de son titre, je m’attendais à y trouver une histoire dans laquelle des gens se feraient bouffer par mes potes : les zombies. Dans ce livre, non seulement ils sont présents mais leurs mœurs sont totalement différents de leurs congénères. Ici, ils n’aspirent qu’à une seule chose : retourner dans leur sommeil. Toujours dans ce bouquin, les zombies présents ne cherchent pas à bouffer les gens gratuitement… et bizarrement, cela fait du bien. Enfin, cette histoire est classée comme étant un fantastique ou comme un horreur. Sincèrement, étant habitué à lire des livres qui ont le don de bien me calmer, il est clair que l’horreur n’est pas vraiment au rendez-vous. C’est même survolé. N’empêche, ce livre a été un véritable plaisir à lire mais bien sûr, il n’échappera pas à ma liste des points négatifs et positifs.

Points négatifs :

  • Les quelques petits chapitres qui concernent le point des vues des journalistes, des militaires, etc. Bref, ce petit monde bien à l’abri qui tente de comprendre ce qui se passe alors qu’ils ne sont pas équipés pour faire face à ce chamboulement. Ils n’apportent pas grand-chose à l’histoire et j’aurais même aimé que l’auteur fasse l’impasse sur ces derniers.

  • Mine de rien, il manque un peu d’action et de violence dans tout ça. Sachant que c’est un livre avec des zombies, j’attendais d’en trouver beaucoup plus que celles présentées et sur ce point, je reste sur ma faim.

Points positifs :

  • La taille des chapitres. Certains sont balèzes et ça, j’aime.

  • Les personnages. Certains sont très attachants et les situations dans lesquelles ils sont placés sont souvent touchante, comme ce grand-père qui tente de sauver son petit-fils à tout prix alors que ce dernier revient tout juste à la vie. Son décès avant sa résurrection est assez brutal et on peut comprendre pourquoi cet homme fait tout son possible. L’autre situation qui a su attirer toute mon attention fut celle de cet autre petit garçon. Bon, son père est totalement dépassé par ce qui se passe et trouve refuge dans l’alcool, tandis que son gamin tente de se montrer le plus courageux possible, comprenant que sa maman ne rentrera plus à la maison. Bien sûr, il y a d’autres personnages ( la grand-mère enchaîne les situations cocasses et cela offre un petit côté détendu à l’ensemble de cette histoire ) et dans l’ensemble, j’estime qu’ils sont plutôt bien travaillés.

  • Le mythe des morts-vivants qui, dans ce livre, n’a strictement rien à voir avec celui qu’on connaît par l’intermédiaire d’autres bouquins. L’approche est totalement différente et comme j’ai su bien l’écrire quelques lignes plus haut, ça fait vachement du bien. Des histoires comme celle-ci, j’en veux bien d’autres.

Points négatifs liés à la maison d’édition Télémaque :

  • Ils sont nombreux et bien sûr, cela ne jouera nullement sur la note finale. Je reproche à la maison d’édition un sérieux manque de sérieux concernant la relecture et donc, la traque des dernières erreurs qui se promènent… J’en ai repéré trois voir quatre… La toute première, une erreur de conjugaison. Mes yeux se risquent sur une partie narrative dont la plupart des verbes sont au passé et l’un d’entre eux est au présent, ce qui m’a clairement freiné dans la lecture. J’ai dû relire la phrase à plusieurs reprises, pensant que le problème venait de moi mais non, c’est bien une erreur de correction. Ensuite, j’ai trouvé un terme de liaison écrit en deux fois. Cela ne gêne pas vraiment la lecture mais cela reste très moche de voir ça. Et enfin, un terme de liaison qui brille par son absence. Bref, c’est vraiment dommage pour le peu d’erreurs qui se promènent...

En conclusion, c'est une histoire qui mérite le coup d'oeil et je suis très content de m'être penché dessus.

Note attribuée à cette lecture :

17 / 20