couv27661974

Auteur :

James Patterson.

Traducteur :

Philippe R.Hupp.

Résumé :

"Pouf, pouf... ça sera toi que nous refroidirons, mais comme le roi et la reine ne le veulent pas, ça ne sera pas toi..." C'est un peu comm ça que Jack et Jill, les amants diaboliques, choisissent leurs victimes. Par hasard. Par jeu. Un petit jeu qui commence à éclaircir les rangs de personnalités de Washington. 

Inutile de préciser que les services secrets, le FBI et la CIA, sont à cran. Surtout depuis que Jack et Jill ont annoncé leur intention d'estourbir le président des Etats-Unis. Pour démêler cette affaire, les autorités font appel à l'inspecteur et docteur en psychologie Alex Cross qui préfèrerait utiliser son énergie pour nautraliser un autre tueur, celui qui assassine sauvagement les enfants noirs de son quartier.

De quelle façon je me suis procuré ce livre ?

En 2017, via une bourse aux livres qui s'est organisée dans ma ville de résidence.

Mon avis après la lecture :

En refermant ce livre une fois sa lecture achevée, j’ai ressenti un petit soulagement. En effet, je ressens le besoin de m’éloigner un peu des univers d’Alex Cross et il est clair que je vais prendre mon temps avant d’attaquer le tome IV, que je vais devoir trouver pour me l’offrir. Sinon, je dois reconnaître que ce troisième opus est assez surprenant par son contenu et pour une bonne raison : il est riche en rebondissement. Dommage que la plupart ne se soit pas passé dès le début du livre car sinon, je n’aurais pas une jolie liste de points négatifs à rédiger. Toutefois, ces petites surprises glissées dans ce bouquin auront su me satisfaire et je vais me faire un plaisir de parler de tout ça.

Points négatifs :

  • Je suis tellement déçu de trouver une histoire comme celle-ci dans une telle saga. Comme si la plupart des auteurs américains restent obnubilés par ce drame qu’a vécu un fameux président Kennedy. Il est donc dommage de trouver une histoire qui concerne justement un président américain fictif et dont la vie semble menacer. Bref, un assassinat qui fera toujours couler beaucoup d’encre et comme je ne suis pas très fan de cette partie du passé de l’Amérique du Nord, forcément, un tel récit…

  • Notre cher Alex qui s’est offert comme résolution de ne plus se lancer dans une romance… sauf qu’il saute sur la première qui lui passe sous le nez hein… aurait tendance à recommencer dans ce tome. Toutefois, l’histoire est vraiment relégué au troisième plan et tant mieux. Ombre au tableau : la dame est mariée. Et bizarrement, j’avais parfaitement deviné le dénouement de cette rencontre. Bref, décevant.

  • Je dénote certaines longueurs dans ce livre. Lorsqu’on m’offre plusieurs chapitres relatant les mœurs du FBI, du CIA et de leurs copains… J’aurais tendance à m’en battre complètement et de telles descriptions auraient l’effet d’un assommoir sur ma personne. Fort heureusement, le fait que ma concentration s’est fait la malle lors de ces fameux passages n’a causé aucun problème. Preuve qu’ils n’étaient pas indispensables.

Points positifs :

  • La taille des chapitres. Elle est toujours aussi aléatoire dans cette saga même si cette fois, je dois reconnaître que certains ont été très gros mais surtout, plus nombreux. J’ai adoré.

  • Les nombreux rebondissements de ce livre, qui, à mes yeux, se sont manifestés un peu trop tardivement à mon goût.

  • Le nombre de tueurs présents dans ce tome. Le résumé nous en indique trois mais je vous rassure, ils sont bien plus nombreux et bien sûr, cela donne plus de morts. Donc, plus de morts égale un Jason tout content.

  • Enfin, l’identité de l’un des tueurs et qui est, d'ailleurs, l'un des fameux rebondissements que j'ai adoré. Pour ne perdre personne, je tiens à préciser que ce point concerne celui qui tue les enfants noirs. Je ne pensais pas du tout à un tel individu et c’est grâce à la révélation de son identité que j’ai senti un nouvel intérêt pour ce livre. Pour cette idée que j’ai trouvé très intéressante, je félicite l’auteur.

En conclusion, un troisième tome qui vaut le coup d’oeil et qui est dans la continuité du second en terme de qualité.

 Note attribuée à cette lecture :

16 / 20.