couv72648385

 

Auteur :

John Stephens.

Traductrice :

Natalie Zimmermann.

Résumé :

Par une froide nuit de Noël, trois enfants doivent fuir des forces maléfiques qui les arrachent à leurs parents... Dix ans plus tard, Kate, Michael et Emma sont envoyés dans un étrange orphelinat : le manoir du docteur Pym. Ils y découvrent un livre aux mystérieux pouvoirs, l'Atlas d'émeraude, et comprennent que ce livre peut les aider à retrouver leurs parents. Mais pour sauver leur famille, ils devront d'abord affronter la terrible Comtesse et son armée de Hurleurs...

De quelle façon je me suis procuré ce livre :

Emprunt à la bibliothèque municipale.

Mon avis après la lecture :

Une magnifique découverte. Je dois avouer que le jour où je l’ai emprunté à la bibliothèque municipale, je l’avais fait sans être convaincu. Tout d’abord, la couverture n’est pas terrible et surtout, le résumé ne m’avait pas si emballé que ça. Des enfants qui sont arrachés à leurs parents pour une mystérieuse raison… Il faut avouer qu’on a fait plus original. Néanmoins, une fois que j’avais terminé le livre précédent, je me suis penché dessus et au tout début, je trouvais ça mais sans plus… Par la suite, ce bouquin a été une véritable merveille et même s’il est classé comme un aventure jeunesse, j’aurais tendance à le mettre aussi bien dans le fantastique que la fantasy. Bien sûr, ce premier tome annonce une saga et j’ai déjà hâte de mettre la main sur le tome II. Quand cela va se faire ? Très bonne question et je dois avouer que d’autres sagas commencées attendent d’être terminées. Enfin, cette histoire frôle la perfection à mes yeux mais il y a tout de même un détail qui m’a un brin perturbé. Ce détail sera à lui seul, le fameux point négatif de cette chronique.

Point négatif :

  • L’un des enfants de cette histoire se voit confier la protection d’un livre qui possède un étonnant pouvoir. Lorsqu’il est utilisé une première fois, aucun problème. Lorsqu’il est utilisé une seconde fois, là encore, ça va. Par contre, lorsqu’il est utilisé pour la dixième fois, on aurait tendance à se sentir un peu perdu et forcément, on se mélange un tantinet les pinceaux. Bref, je ne peux pas en dire plus sur ce don car je serais capable de révéler l’une des intrigues de cette histoire mais si quelqu’un ici aura le courage de le lire, je pense qu’il saura de quoi je parle au moment où ses yeux se risqueront sur le fameux passage.

Points positifs :

  • La taille des chapitres. Certains sont énormes et dépassent facilement la trentaine de pages, un pur délice.

  • Les nains. Ils sont présents dans ce livre et même si au départ, ils se montrent un peu brutaux, je dois leur reconnaître un humour des plus excellents. Grâce à eux, je me suis vu offrir deux crises de rire et j’espère de tout coeur les recroiser au sein du second tome.

  • Les créatures. La plupart du temps, les auteurs utilisent des créatures qu’on aurait tendance à voir dans d’autres livres, n’apportant aucune originalité dans leurs utilisations mais aussi, leurs mythes. Ici, celui qui nous a rédigé cette agréable histoire a pioché dans un bestiaire peu connu. L’une de ces bestioles m’a fait penser à celles qu’on a pu voir dans le film d’horreur « The descent ». Elles sont assez similaires à un détail près.

  • Bizarrement, une fois que l’action est lancée, on ne peut pas dire qu’on a le temps de s’ennuyer. L’intrigue ne s’épuise pas du tout et ce premier tome a même le plaisir de se voir attribuer une belle fin. Belle mais pas au point de me faire verser une larme.

En conclusion, ce livre est fort intéressant et je suis curieux de savoir quels dons renferment les prochains livres que les trois enfants vont devoir récupérer afin de sauver le monde. Aux curieux, n’hésitez pas à vous jetez dessus.

Note attribuée à cette lecture :

18 / 20.