couv9727587

Auteur :

Yana Vagner.

Traductrice :

Raphaëlle Pache.

Résumé :

Anna vit avec son mari et son fils dans une belle maison près de Moscou. Un virus inconnu a commencé à décimer la population. Dans la capitale en quarantaine, la plupart des habitants sont morts et les survivants - porteurs de la maladie ou pillards - risquent de déferler à tout instant. Anna et les siens décident de s'enfuir vers le nord, pour atteindre un refuge de chasse sur un lac à la frontière finlandaise : Vongozero. Bientôt vont s'agréger à leur petit groupe des voisins, un couple d'amis, l'ex-femme de Sergueï, un médecin... Le voyage sera long, le froid glacial, chaque village traversé source d'angoisse, l'approvisionnement en carburant une préoccupation constante.

De quelle façon je me suis procuré ce livre :

Emprunt à la bibliothèque municipale.

Mon avis après la lecture :

Si j’avais arrêté la lecture de ce livre, je sais maintenant que je l’aurais regretté. Il faut que l’un de ses points faibles a provoqué chez moi un certain ennui et une belle lassitude que je nourrissais plus aucun espoir concernant l’autre moitié de ce bouquin. Ayant la chance d’être un garçon qui aime s’accrocher, même à la plus désespérante des histoires, j’ai continué d’avancer dans cette histoire de fin du monde et au final, j’estime avoir passé un très bon moment. Néanmoins, et je saurais argumenter ce qui va suivre, je lui ai trouvé un certain nombre de points négatifs et ainsi, vous comprendrez pourquoi je vais attendre un peu avant de me procurer le second tome de cette saga.

Points négatifs :

  • Déjà, je ne suis pas un grand fan de l’ensemble des personnes présentes dans cette histoire et qui appartiennent à ceux nommés comme principaux. L’héroïne n’a aucune volonté et très vite, j’avais l’impression que les nombreux individus qui ont cherché à fuir vers le nord avaient tendance à la traîner derrière eux comme si ce n’était qu’un vulgaire boulet. Elle passe son temps à ressasser les situations et d’y faire front avec un peu plus de caractère. J’ignore comme fait son mari mais il a du courage. D’ailleurs, ce dernier ne casse pas des briques non plus. Bref, faire un voyage avec flot de personnes qui savent jouer sur votre énergie par leurs réactions, au bout de vingt minutes, on désire déjà passer à autre chose.

  • Un très gros passage. Le moment où toute la bande désire de faire une halte pendant plusieurs jours dans un village quasi désertique. Il ne se passe pas grand-chose pendant ces chapitres mais comme ils sont nombreux, cela assomme très vite.

  • Je regrette que l’unique adolescent de ce livre soit autant absent alors que pourtant, y avait des tas de choses à explorer de ce côté.

  • Certaines situations de cette histoire étaient faciles à deviner et forcément, cela gâche un peu la surprise.

Points positifs :

  • La taille des chapitres. La plupart était énorme et ça, ben j’aime.

  • L’histoire se déroule en hiver et les hivers russes sont bien plus costauds que les nôtres. Bizarrement, c’est l’une de mes saisons favorites et ce petit détail suffit à me faire aimer ce bouquin.

  • La carte imprimée en début de roman. Cela aide à suivre le groupe lors de sa progression au coeur de la Russie. J’ignore si le deuxième tome aura sa propre carte mais cette page supplémentaire a, ici, trouvé grâce à mes yeux.

Pour terminer, je savais que les russes avaient du caractère mais dans cette histoire, la preuve est là. Je ne sais pas si j’aurais aimé voyager avec ceux de cette œuvre mais me connaissant, je me serais fait la malle un moment à un autre. En tout cas, c’est un livre intéressant à lire mais je préviens, faut s’armer de courage lors d’un fameux village. A partir de là, l’histoire devient un peu plombante.

Note attribuée à cette lecture :

16 / 20.