couv65601003

Auteur :

Sam Nell.

Résumé :

Abel de Tyr. Chroniqueur sans envergure, panse les plaies de son âme dans la cité-épave de Kraal, sinistre repaire de ruffians. Par le truchement d'une mystérieuse astrologue, il est invité à bord du Souffle de l'âme, mythique vaisseau volant et fleuron de la flotte corsaire de la reine des Orages. Sous les ordres de Trestan Vortigern, prince damné de la maison Vortex, commence pour lui la plus incroyable des odyssées... Un voyage qui l'entraînera aux confins de l'Empire atlante sur les traces des Minotaures, des dragons et de la Pierre philosophale.

De quelle façon je me suis procuré ce livre :

Emprunt à la bibliothèque municipale.

Mon avis après la lecture :

Merci ! Grâce à ce livre, je sors enfin de ma mauvaise période littéraire et sincèrement, cela fait du bien. L’envie de faire une pause était en train de se faire sentir et généralement, je m’accorde quelques jours pour souffler vers la fin de l’année. Même si cette dernière s’approche doucement, elle reste encore bien loin. Encore une fois, je comprends mieux pourquoi j’aime autant la fantasy alors qu’à la base, je suis encore très récent en tant que fan. Ce qui va être génial avec cette critique, c’est que j’aurais plusieurs points positifs à aborder même si l’un d’entre eux sera à compter dans le seul point négatif. D’ailleurs, j’attaque.

Point négatif :

  • Le vocabulaire fort riche. L’auteur utilise certains termes que je n’ai jamais lu jusqu’à présent. Parfois, cela donne un effet de lourdeur au texte mais surtout, cela handicape les chapitres liés aux combats.

Points positifs :

  • Le vocabulaire. Ouais, même s’il pouvait plomber un peu les chapitres, l’histoire en elle-même est superbement bien menée. De ce fait, on peut très facilement excuser ce point négatif et puis, bon, grâce à lui, j’ai appris l’existence d’un sacré paquet de mots. Il faut savoir que l’histoire se passe en grande partie sur un bateau volant. Forcément, le vocabulaire utilisée est liée à l’univers maritime mais ouais, qu’est-ce que j’ai aimé.

  • La taille aléatoire des chapitres.

  • La mythologique grecque présente dans cette histoire. Généralement, lorsque l’on me présente des créatures venant de cet univers, j’aurais tendance à être fan très rapidement. Ici, j’ai pu croiser des dryades, des minotaures, des sorciers, des dragons et j’en passe. Non, franchement, j’ai passé un excellent moment en compagnie de ces charmantes entités.

  • Les familiers. En plus d’utiliser des créatures du bestiaire mythologique, l’auteur a prit soin de placer des familiers auprès de certains personnages principaux. Ils possèdent une volonté propre et pour l’un d’entre eux, un sacré caractère.

  • L’utilisation de la carte des constellations. Ces dernières sont souvent évoquées par les personnages de cette histoire et j’ai beaucoup aimé de quelle manière l’auteur a su leur offrir la vie. Je n’irai pas crier au génie pour cette utilisation audacieuse mais sincèrement, chapeau.

  • La fin ouverte. On comprend très vite, à la lecture du dernier chapitre, qu’une suite est envisageable car mine de rien, le grand méchant s’en sort sans trop de dégâts alors que pourtant, il méritait vraiment de se faire éclater. Toutefois, si un deuxième tome doit pointer le bout de son nez, je dois reconnaître que l’auteur prend son temps. C’est dommage car il tient là de sacrées bases pour emmener ses lecteurs dans son univers vraiment charmeur. En tout cas moi, je suis client.

En conclusion, sachant que ce livre m’a aidé à retrouver du plaisir pour la lecture, je vais forcément le recommander. Par contre, petit mise en garde, à cause de la présence de certains termes trop sexués, il est évident que cette histoire n’est pas à placer dans des mains trop jeunes.

Note attribuée à cette lecture :

19 / 20.