couv36243981

Auteur :

Allegra Goodman.

Traducteur :

Jean Esch.

Résumé :

Sur l'île 365, tout est très bien organisé, chacun obéit strictement aux règles définies par la Mère Nourricière qui a su dompter la nature et le climat, mettant à l'abri la Communauté. Oui mais à l'abri de quoi ? Et qu'arrive-t-il si on refuse d'être comme tout le monde, si l'on est trop curieux ? Honor, après avoir tout accepté, va poser trop de questions ...

De quelle façon je me suis procuré ce livre :

Emprunt à la bibliothèque municipale.

Mon avis après la lecture :

Certains résumés ont le don de nous séduire et pour le livre, c’est ce qui s’est produit. Alors que je m’attendais à prendre connaissance avec une histoire fortement intéressante, c’est tout le contraire qui s’est produit. Dommage car je suis un fan de dystopie mais là, je ne sais pas quoi penser. Je ne ressens pas cette impression de perte de temps comme cela m’est déjà arrivé avec d’autres bouquins mais là, je reste dubitatif. Par contre, une chose est sûre, si j’avais choisi un autre livre à sa place, je ne l’aurais pas regretté. C’est dire quand même à quel point je suis un tantinet agacé. Bref, je ne vais pas m’attarder davantage à expliquer ce que je ressens, je passe de suite aux points négatifs et positifs et je pense que ces derniers vont vous aider à comprendre pourquoi je suis un peu sur les nerfs.

Points négatifs :

  • L’ensemble est particulièrement mou mais ça, c’est peut-être parce que j’adore l’action et la violence. A partir du moment que je tiens entre mes mains, une histoire où il ne se passe pas grand-chose, forcément, je grimace.

  • La fin qui, à mes yeux, ne l’est pas vraiment. J’aurais aimé savoir qui est cette fameuse Mère Nourricière dont l’auteur nous casse les oreilles depuis le début de son histoire mais non, cette question reste sans réponse.

  • Le seul rebondissement qui aurait pu attiser un semblant d’intérêt. Tout comme pour la Mère Nourricière, nous apprenons très vite qu’il existe un autre personnage de même importance puisqu’il est son ennemi principal : le météorologue. Nous apprenons son identité vers la fin et à ce moment, ouais, bof, je m’en fous un peu en fait. C’est sûrement à cause de la mollesse de l’histoire qui fait que ce rebondissement n’a rien provoqué en moi et c’est dommage.

  • L’histoire en elle-même. Les idées étaient intéressantes mais mal exploité. Là encore, c’est regrettable car je pense que l’auteur aurait pu nous pondre une histoire palpitante surtout avec les bases qu’elle détenait mais non, elle a préféré écrire ça.

  • Enfin, au fur et à mesure que je tournais les pages, je n’étais pas animé par des émotions comme j’aime l’être. Là, j’avançais dans l’histoire et rien ne se produisait. Qu’est-ce que je déteste lire une histoire pour laquelle je ne ressens rien.

  • La fin. Il se passe beaucoup d’action mais c’est tellement mal décrit que la déception est au rendez-vous.

Bref, un ensemble très mou sur lequel je tiens absolument à insister. Maintenant que la liste des points négatifs est dressée, je passe à celle des points positifs :

  • Le petit frère de Honor. Il est adorable ce gamin même si parfois, c’est une véritable tête à claque.

  • Les retrouvailles de Honor avec certaines personnes dont je ne dirais rien afin de ne pas vous gâcher la surprise. Enfin, si on peut utiliser ce terme, bien sûr.

  • Dernier point positif : la taille des chapitres. Certains sont longs, d’autres, plus courts mais je reconnais volontiers que j’ai aimé cette cadence.

En conclusion, vous ne perdez rien à ne pas connaître cette histoire sauf si vous aimez les trucs mous. Ce livre ne donne pas envie de dormir si vous êtes courageux mais si vous cherchez un assommoir, je pense que ce bouquin est fait pour vous.

Note attribuée :

11 / 20.